Violence conjugale et aliénation parentale

 

IMG_4740

Simon Lapierre et Isabelle Côté, du collectif de recherche FemAnVi, ont réalisé durant l’été 2015 une recherche afin d’évaluer les accusations d’aliénation parentale à l’égard des femmes victimes de violence conjugale. Cette étude qualitative et quantitative a été réalisée dans plusieurs maisons d’hébergement à travers le Québec, en partenariat avec le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale. La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes et Action ontarienne contre la violence faite aux femmes se sont jointes ensuite au projet.

Alors que les fondements théoriques et empiriques du concept d’aliénation parentale sont remis en question par plusieurs chercheur.e.s, ce concept est non seulement utilisé contre les victimes de violence conjugale au Québec mais le phénomène est même en augmentation. En effet, la recherche de FemAnVi a montré que les accusations ou menaces d’accusation formulées dans la dernière année de leur étude, représentaient près de la moitié de toutes les accusations ou menaces d’accusations formulées au cours des cinq années précédentes. Les accusations ou menaces d’accusations provenaient essentiellement des intervenant.e.s en protection de l’enfance, des conjoints ou ex-‐conjoints violents, et des intervenant.e.s dans le système judiciaire ou en droit de la famille.

Le Collectif de recherche féministe FemAnVi, le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) et l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM ont organisé un colloque le 26 avril 2018 à Montréal intitulé « L’aliénation parentale : une menace pour les femmes et les féministes ? » à l’Université du Québec (UQAM). Les conférencières et conférenciers ont fait le point sur le concept d’aliénation parentale et ses manifestations en Europe et au Québec, tout en établissant des liens avec l’antiféminisme. Ce forum visait à lutter contre ce concept, éviter les dérives présentées par les chercheur.e.s européen.ne.s et à freiner celles observées au Québec.

Des capsules pédagogiques ont été réalisées lors de ce colloque, elles sont désormais accessibles sur le site du RéQEF, sur YouTube. Tout le forum n’a pas été capté ; des intervenant.e.s ont préféré ne pas être filmé.e.s. Les échanges avec la salle sont également restés confidentiels, des mères étaient présentes, leurs témoignages ont confirmé les constats des chercheur.e.s et intervenantes en maisons d’hébergement. Nos co-fondateurs Pierre-Guillaume Prigent et Gwénola Sueur ont réalisé une communication, sollicité.e.s par Isabelle Côté et Simon Lapierre. Ils ont réalisé une recherche exploratoire afin de mieux appréhender le phénomène.

CaptureUQAM

Voici les vidéos. Attention, elles peuvent être réactivantes.

  • Isabelle Côté et Francine Descarries ont ouvert le forum.

  • Mélissa Blais a ensuite présenté Richard Gardner, l’inventeur de cette pseudo théorie.

  • Gwénola Sueur et Pierre-Guillaume Prigent sont revenus sur l’histoire et l’usage du syndrome d’aliénation parentale contre les mères séparées et divorcées en France.

  • Marie Denis a fait le point sur la situation en Belgique.

  • Simon Lapierre et Patrick Ladouceur ont présenté une analyse documentaire et le point de vue d’experts sur la question.

  • Enfin des intervenantes en maisons d’hébergement ont montré que l’utilisation du concept l’aliénation parentale était une stratégie d’occultation de la violence masculine (Alexandra Vincent, Maison l’Escale pour Elle ; Clémence Champagne, Maison La Traverse ; Danielle Mongeau, Maison Dalauze ; Marie-Josée Lefebvre, Maison Unies-Vers-Femmes).

Le 28 août 2018, lors du huitième Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie (CIRFF) à Nanterre, Michèle Frenette, Patrick Ladouceur et Simon Lapierre ont exposé de nouveau les résultats de leur étude, dont l’objectif général est d’analyser les discours et les processus par lesquels des femmes victimes de violence conjugale sont accusées d’aliénation parentale. Il s’agit d’un phénomène récent au Québec par rapport à d’autres pays comme la France où le concept est arrivé dans les années 90. L’accent a été mis sur les liens entre l’aliénation parentale et la violence conjugale, tels que présentés dans les politiques et dans les propos d’informatrices et d’informateurs issus des secteurs de la violence conjugale, de la protection de la jeunesse et du droit de la famille.

44502962_10215460185371341_7499479199120359424_n

Le lendemain, Manon Monastesse (directrice générale de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes) a réalisé une communication sur : « Quand l’aliénation parentale occulte la violence envers les femmes et leurs enfants : enjeux de reconnaissance de droit des femmes dans nos sociétés patriarcales ». Elle a montré comment les maisons d’hébergement doivent depuis ces dernières années faire face et s’adapter à la stratégie utilisée par les acteurs du système judiciaire au Québec, qui est d’invoquer le concept d’aliénation parentale afin de miner la crédibilité des femmes/mères violentées.

Le Réseau International des Mères en Lutte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s